Créer son entreprise et devenir freelance, beaucoup y pensent et osent franchir le pas chaque année. Rien que l’appellation de freelance fait rêver de nombreuses personnes souhaitant enfin pouvoir exercer une activité professionnelle sans être restreint et encadré par un patron. En effet, on peut traduire le statut de freelance en anglais par le statut de travailleur indépendant en français. L’aspect d’indépendance et de liberté de choisir dans quelles conditions l’on souhaite travailler représente bien souvent l’une des principales motivations pour bon nombre d’entrepreneurs de créer leur propre entreprise.

Nice fait partie des villes dynamiques où de nombreux projets entrepreneuriaux aboutissent à un franc succès. Si vous souhaitez vous aussi vous lancer en freelance, sachez que plusieurs options concernant notamment la forme juridique de votre entreprise vous seront proposées. Nous vous expliquons comment procéder…

  1. Qu’est-ce que le statut de freelance ?

Le statut de freelance correspond au statut juridique de travailleur indépendant en France. Il s’oppose donc au statut de salarié. En d’autres termes, en tant que freelance vous êtes votre propre patron et vous décidez vous-même de vos conditions de travail ainsi que des produits ou des prestations de services que vous souhaitez proposer à votre clientèle.

Plusieurs particularités sont attachées au statut de freelance par rapport au salariat comme :

  • le paiement de cotisations sociales à l’URSSAF vous permettant de bénéficier d’une couverture sociale minimum concernant le
    remboursement de vos frais médicaux, votre congé maternité ou paternité, votre retraite, etc. ;

  • le versement d’une rémunération et non d’un salaire, qui peut être fluctuant selon le chiffre d’affaires réalisé par votre entreprise ;

  • l’absence de congés payés ;

  • des droits au chômage soumis à de nombreuses conditions et plafonnés à 800€ par mois (sauf si vous souscrivez une assurance chômage à titre personnel) en cas de perte d’activité ;

  • etc.

La relative liberté et l’indépendance attachées au statut de freelance se paient donc au prix d’une certaine insécurité concernant le chiffre d’affaires que vous pouvez réaliser et la pérennité de votre entreprise. Par conséquent, il est essentiel de bien réfléchir à votre projet entrepreneurial sur Nice avant de vous lancer en respectant notamment un certain nombre d’étapes clés pour la réussite de votre activité professionnelle.

  1. Quel type d’entreprise créé ?

Devenir freelance à Nice sous-entend bien souvent de créer son entreprise seul, afin de tester la viabilité de l’activité et envisager éventuellement par la suite de s’associer avec d’autres entrepreneurs pour développer l’entreprise.

En soi, il faut différencier le statut de travailleur indépendant du statut juridique de votre entreprise. Le statut de travailleur indépendant correspond à votre statut, et votre entreprise devra également avoir un statut juridique. En tant que freelance en solo, plusieurs statuts juridiques pour votre entreprise se présentent à vous tels que :

  • une entreprise individuelle (EI, EIRL ou le régime de la micro-entreprise anciennement appelée auto-entreprise) ;

  • une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) ;

  • une société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU).

Certaines formes juridiques d’entreprise sont notamment à privilégier si vous prévoyez à l’avenir de vous associer sans pour autant fermer et recréer une entreprise.

Par exemple, en choisissant de créer une EURL, vous pourrez par la suite basculer vers une SARL sans pour autant devoir fermer votre entreprise. Si vous êtes micro-entrepreneur (anciennement statut d’auto-entrepreneur), vous serez contraint de fermer votre micro-entreprise pour ensuite créer une autre entreprise si vous souhaitez vous associer avec d’autres travailleurs indépendants.

De plus, si vous êtes assuré de générer un chiffre d’affaires suffisamment élevé, vous pouvez également vous tourner vers le portage salarial. Il s’agit d’un statut hybride à mi-chemin entre le salariat et le statut de freelance. Ce statut est réservé aux prestataires de services, dont certaines professions libérales (ex. : les développeurs Web, les graphistes, etc.).

  1. Faut-il obligatoirement avoir un local professionnel à Nice ?

Quel que soit le statut juridique de votre entreprise, vous devez domicilier votre entreprise à une adresse bien précise. En d’autres termes, votre entreprise doit avoir un siège social. Derrière cette appellation de siège social, il ne faut pas forcément y voir un grand local professionnel à l’image des plus grandes multinationales. En effet, vous êtes tout à fait autorisé à domicilier votre entreprise à votre adresse personnelle.

Par exemple – si vous souhaitez ouvrir une micro-entreprise – vous pouvez la domicilier à votre résidence actuelle. Cependant, si vous êtes locataire, vous avez l’obligation de demander l’accord préalable du propriétaire.

Par conséquent, si vous souhaitez devenir entrepreneur individuel en tant que développeur de sites Web, graphiste, consultant en Web marketing… par exemple, vous pouvez très bien travailler à votre domicile et déclarer votre entreprise à votre actuelle adresse.

Dans la vente de produits, vous pouvez être amené à louer un local commercial pour ouvrir votre boutique. Mais avec le développement du e-commerce, vous pouvez aussi très bien vous contenter de créer votre site Internet comprenant une boutique en ligne.

Dans ce cas, nous vous conseillons de faire appel aux services d’un Web designer si vous n’avez pas les compétences requises concernant la création d’un site Internet sur WordPress ou tout autre outil de création de sites Internet. Dans tous les cas, vous ne devez pas négliger votre identité visuelle pour vous démarquer de toutes les entreprises déjà présentes sur Nice.

  1. Quelles sont les formalités à accomplir ?


Les formalités administratives à accomplir
sont différentes selon votre projet entrepreneurial et le statut juridique que vous choisissez pour votre entreprise. Tout d’abord, vous devez veiller à ce que votre activité ne soit pas soumise à l’obtention préalable d’un diplôme ou de toute autre autorisation de mise sur le marché par exemple.

Ensuite, vous pouvez vous rapprocher de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) pour les futurs commerçants, de la Chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) pour les futurs artisans ou du Centre de formalités des entreprises (CFE) pour les prestataires de services. Vous pourrez ainsi demander des informations précises et complètes concernant les documents que vous devez remplir et les formalités que vous devez accomplir telles que votre enregistrement au registre du commerce et des sociétés (RCS) par exemple.

De plus, vous pourrez également bénéficier d’aides financières à la création d’entreprise selon votre situation, comme l’Aide à la création et à la reprise d’entreprise (Acre).

Le meilleur conseil que nous puissions vous donner est de vous faire accompagner dans la création de votre entreprise par des professionnels habilités tels que notre équipe d’experts-comptables à Nice.

Vous pourrez ainsi obtenir toutes les informations essentielles pour la création et la gestion de votre entreprise. Vous pourrez également obtenir de précieuses informations concernant les aides qui peuvent vous être proposées afin de mener à bien votre projet entrepreneurial.