Après des mois de questionnement sur votre situation professionnelle, vous avez décidé de quitter votre job pour vous lancer dans l’entrepreneuriat. Félicitations ! Il ne vous reste plus qu’à négocier votre rupture conventionnelle afin de bénéficier des indemnités de chômage. Comment en parler à votre hiérarchie ? Quels sont les arguments à donner pour qu’elle soit acceptée ? Voici les 5 étapes essentielles pour obtenir un accord. 

 

1 ) Bien réfléchir à votre projet

Avant toute chose, ne vous précipitez pas ! Même si vous ne vous sentez plus à l’aise dans votre poste, prenez le temps de mûrir votre projet. Se lancer dans l’entrepreneuriat est une décision qui se réfléchit longuement. Vous pouvez dresser un tableau des avantages et des inconvénients et écrire vos priorités. Posez-vous les bonnes questions : 

 

  • Qu’est-ce qui est important pour moi aujourd’hui ? 
  • Qu’est-ce que j’aime plus dans le salariat ? 
  • Suis-je prêt.e à travailler en autonomie ?  

 

De nombreuses autres questions sont à creuser. Ce travail est essentiel pour savoir où vous allez. En plus, il vous donnera confiance en vous lors de votre entretien.

 

2 ) Lister les arguments avant de négocier sa rupture conventionnelle

 Pour que votre demande soit acceptée, mettez toutes les chances de votre côté. Plus vous avez des arguments solides, plus votre hiérarchie vous prendra au sérieux. Avant de solliciter un rendez-vous, préparez-vous en faisant le bilan de l’année écoulée et les missions qui ne vous plaisent plus. Listez tous les points qui appuient votre désir de créer votre entreprise. Cela peut être parce que vous avez envie de faire de votre passion votre métier, de reprendre l’affaire de vos parents ou encore de vous engager à 100 % dans une cause. Peu importe les raisons, vous devez les présenter et les défendre ! Partagez votre enthousiasme et votre conviction lors de l’entretien. Plus vous insistez sur ces points, plus l’équipe managériale sentira que vous êtes animé.e par votre projet. 

 

3 ) Saisir le bon moment pour la demander 

 

Vous vous sentez prêt.e à en parler à votre hiérarchie ? Là encore, ne vous précipitez pas. Attendez le bon moment ! Vous avez un entretien avec votre manager qui est prévu prochainement ? Profitez de ce moment privilégié pour négocier votre rupture conventionnelle plutôt que de le ou la prendre au dépourvu entre deux réunions. L’équipe managériale n’est pas disponible avant quelques semaines ? Ce n’est pas grave ! Prenez les devants : écrivez un mail dans lequel vous demandez à faire le point lors d’un rendez-vous. Son caractère officiel permet à votre supérieur.e de se préparer à vous écouter et d’attiser sa curiosité. On parie qu’il ou elle pourra se libérer plus tôt que prévu ? 

 

4 ) Avoir une bonne attitude lors du rendez-vous

Pour obtenir votre rupture conventionnelle, il est préférable que vous ayez une attitude positive. Si vous êtes dans la rancœur ou l’agressivité, votre message sera brouillé. Commencez par remercier votre manager de se rendre disponible, puis exposez clairement les raisons qui vous poussent à entreprendre. Ne dénigrez pas la culture de l’entreprise, vos collègues ou le management. Préférez parler de vous, de votre futur épanouissement, du bien-fondé du projet, etc. Insistez sur le fait que si la rupture n’est pas acceptée, ce sera compliqué de donner le meilleur de vous-même, car vous avez l’esprit tourné vers la suite. C’est aussi dans son intérêt de vous laisser partir, plutôt que d’avoir dans son équipe quelqu’un de démotivé. Pour finir, n’abordez pas directement la question de l’indemnité de départ. Si c’est possible pour vous, faites entendre que ce n’est pas votre motivation première et que vous ne rentrerez pas dans un rapport de force. 

 

5) Préparer son départ 

 

Lors de l’entretien, vous pouvez aussi être arrangeant concernant votre date de départ. Plutôt que de demander à quitter l’entreprise dans un mois, il vaut mieux que vous proposiez une date dans les 3 à 6 mois. Le timing est un élément essentiel dans votre négociation. Vous montrez que vous laissez le temps à votre hiérarchie de s’organiser pour vous remplacer et vous ne partez pas en plein projet ou plein rush. Ça vous paraît long ? Utilisez cette période pour vous préparer à cette nouvelle vie et commencez à réseauter. Vous verrez, une fois la rupture signée, vous serez soulagé.e et le temps passera plus vite. Enfin, toujours dans une démarche constructive, vous pouvez proposer de participer au recrutement et de former votre successeur.

 

Négocier sa rupture conventionnelle est une étape stressante. On imagine souvent qu’elle ne sera pas acceptée. Pourtant, en préparant bien ses arguments et en étant dans une démarche positive, vous pouvez l’obtenir. Dernier conseil : n’écoutez pas les collègues qui vous disent qu’elle ne vous sera jamais accordée. Il n’y a qu’en essayant que vous serez fixé.e !