Le business plan est un exercice plutôt académique au travers duquel on présente son activité. On y explique la stratégie commerciale et financière choisie pour mener à bien son projet. Ce document se divise habituellement en deux parties : une partie descriptive dans laquelle on explique son projet, on parle de son parcours, de ce qu’on vend, de pourquoi on le vend, à quel prix,… Et d’une partie financière qui vient démontrer la viabilité économique de l’activité.

 

En tant qu’indépendant on se demande parfois si ça vaut vraiment le coût de se plier à cet exercice… Revenons alors au pourquoi : Pourquoi faire un Business Plan ? Et prenons la liberté d’adapter cet exercice à sa situation. Il sera utile pour un freelance de faire son business plan avant de se lancer, mais le business plan ne ressemblera pas à celui d’une startup qui souhaite lever des fonds.

 

Un Business Plan : pourquoi faire ?

 

L’exercice du Business Plan vous oblige à vous poser des questions.

Des questions sur votre activité, sur son environnement économique, social, en somme, on s’assure ainsi de bien connaître son marché. 

Des questions sur la viabilité de votre activité : combien vais-je facturer ? Est-ce suffisant pour que je me paie ? Combien devrais-je payer de cotisations sociales ?

Des questions qui sont bien concrètes et qui vous plongent dans le fonctionnement de votre future entreprise. On est ainsi obligé de se projeter, et c’est indispensable quand on veut se lancer dans un projet entrepreneurial, quel qu’il soit !

 

Comment organiser son Business Plan pour son activité de freelance ?

 

Quand on réalise un business plan, on distingue une partie descriptive et une partie financière

 

1/ La partie descriptive de votre activité, celle que vous pouvez switcher en tant qu’indépendant. Pourquoi ? 

Parce que dans cette partie on présente et on défend son projet. On y pose le contexte (économique, social, sociétal, environnemental,..) dans lequel s’inscrit la future activité. Et surtout on démontre que l’on répond à un besoin.

Si vous êtes indépendant, il n’est pas utile d’y passer trop de temps. Vous pouvez tout de même y expliquer vos offres, définir vos clients cibles (vos personna) et expliquer la façon dont vous allez les atteindre (votre stratégie commerciale) 

 

2/ La partie financière, celle qui rend compte de la viabilité économique de votre future activité.

 

Le but de cette partie est de prouver la pérennité de votre activité. Si vous avez besoin de financement, c’est ici qu’il faudra rendre compte de vos besoins et de votre capacité à rembourser un éventuel emprunt.

 

Au travers d’une projection sur les 3 prochaines années, vous rendrez compte du niveau d’activité que vous prévoyez (Chiffre d’affaires prévisionnels), des différents investissements que vous aurez besoin de faire pour développer votre activité, et des différentes charges professionnelles qui composeront votre quotidien d’entrepreneur.

Ainsi les tableaux financiers donneront une image claire et cohérente de votre projet. Il est important de ne pas accumuler trop d’informations chiffrés au risque de perdre le fil de votre business plan et de noyer le lecteur dans trop de tableaux

 

Comment construire ses prévisions financières ?

 

1/ Se poser des questions

Il convient de se projeter sur les trois prochaines années. Cet exercice vous permet de consolider des objectifs, et des hypothèses d’activité. 

Il faut se poser des questions qui vous permettront d’aboutir à des chiffres :

Tout d’abord des questions sur votre chiffre d’affaires potentiel :

  • Quel est mon tarif pour mes différentes prestations, ou, si vous facturez via un taux journalier : quel est-il ?
  • Combien de clients je peux gérer par mois ?
  • Combien de Chiffre d’affaires je pense réaliser sur la première année, puis la seconde, et enfin la troisième ?

 

[Si vous avez des difficultés à vous projeter sur de grandes échelles comme une année, je vous conseille de ramener vos réflexions sur de plus petites temporalités. Ainsi, il est plus simple d’estimer combien de prestations vous allez vendre durant 1 mois que durant 1 année]

 

Puis, des questions relatives à vos futures dépenses:

  • Combien dois-je me rémunérer par mois ? (et si vous n’avez pas besoin de vous rémunérer au début, bien indiquer jusqu’à quand cette situation peut durer)
  • Combien vais-je devoir dépenser pour développer mon activité ? (publicité, communication, prospection, sous-traitance)
  • Ai-je besoin de matériel pour mon activité ? (petit ou gros matériel)
  • Vais-je devoir me déplacer ? (pour prospecter ou pour me rendre chez des clients régulièrement)

 

Cette liste n’est pas exhaustive. L’idée ici est de décomposer sa journée de travail en pensant à toutes les actions que l’on doit faire et se demander si cela nécessitera une dépense.

Vous éprouvez des difficultés à vous projeter ? Pas de panique, le Business Plan est un exercice dynamique et évolutif. Vous pouvez l’affiner au fur et à mesure que votre projet se précise

 

Une fois que l’on a pensé à toutes ses futures dépenses, il va falloir construire les tableaux financiers. Et là aussi, en tant que freelance,il faut être pragmatique. Il n’est pas pertinent d’empiler des tableaux pour faire joli. Le but, c’est d’être en phase avec votre projet. On va mettre en évidence 3 tableaux et cela sera suffisant !

 

2/ Les trois tableaux financiers indispensables quand on se lance en tant que freelance

 

Pour construire ses tableaux financiers il faut avoir prévu son CA annuel, ses charges et ses investissements sur les trois prochaines années

 

  • Le compte de résultat prévisionnel

Il permet de déterminer si l’activité est rentable.

Ce tableau prend la forme d’une grande soustraction. On déduit du Chiffre d’affaires prévisionnel toutes les charges que vous prévoyez. Le résultat obtenu sera la base de calcul de l’impôt (impôt sur les sur les sociétés ou impôt sur le revenu, selon votre régime fiscal). Pour chacune des trois années sur lesquelles portent les prévisions il faut répéter l’exercice.

 

  • Le plan de financement

Très utile avant de se lancer, ce tableau permet de déterminer les besoins de l’entreprise et de mettre en évidence les ressources qui permettent de les financer. 

Les besoins sont les investissements que vous devez réaliser (ex : matériel informatique, voiture, site internet,..) et la trésorerie de départ qu’il vous faut pour faire face à vos charges sur les premiers mois d’activité.

Les ressources peuvent être de différentes nature : votre apport personnel, un emprunt, une subvention. Les besoins doivent être égaux aux ressources.

 

  • Le tableau de trésorerie

Ce tableau retrace les flux entrants et sortants qui apparaîtront sur le compte bancaire de l’entreprise. Vous pouvez spécifier des sous-catégories pour donner plus de détails sur la nature des flux entrants et sortants (ex : Chiffre d’affaires ou apport du dirigeant pour des flux entrants) 

Vous aurez ainsi un solde de trésorerie mensuel qui sera égal à la différence entre vos flux entrants et les flux sortants du mois concerné, auxquels on ajoute le solde de trésorerie du mois précédent.

Cela permet de vérifier que vous ne serez jamais à découvert, et de visualiser les flux selon les périodes de l’année, pour prévoir les besoins en trésorerie.

 

Conclusion – Comment utiliser mon Business Plan ?

 

Le Business plan est un exercice mais aussi et surtout un outil. 

En amont de votre lancement, vous prenez de la hauteur sur votre activité en couchant sur papier vos prévisions chiffrées. Cela vous permet également de vous projeter à 2 et 3 ans d’activité.

Et tout au long du développement de votre entreprise, en comparant régulièrement vos prévisions avec l’activité réalisée, vous en faites un outil de pilotage très utile. Vous pourrez ainsi ajuster votre prévisionnel si votre activité prend un chemin différent de ce que vous aviez prévu et ainsi conserver des prévisions en phase avec la réalité de votre activité. 

 

Donc si vous vous lancez en freelance, un business plan, oui, mais adaptez-le. Pensez projection, pensez utilité, pour que ce travail vous soit utile tout au long de votre développement !