Savoir gérer sa trésorerie est une qualité attendue de la part des entrepreneurs. La liquidité est l’oxygène d’une entreprise : la bonne gestion de son flux permettra à une entreprise de couvrir ses charges d’exploitation, de faire face aux imprévus conjoncturels, et lui garantira, plus globalement, une marge de manœuvre financière pour sa stratégie de croissance. Gérer ses flux de trésorerie implique de l’anticipation et une gestion réfléchie de la part du dirigeant. Cela est d’autant plus vraie pour les TPE/PME qui disposent généralement de peu de visibilité financière et d’un petit capital social pour réussir à développer leur activité. Dans cet article, nous vous donnons les clés pour optimiser la gestion de votre trésorerie, à travers le suivis de bonnes pratiques.

Qu’est ce que la trésorerie ?

La trésorerie représente l’ensemble des sommes d’argent disponibles en caisse ou placées sur des comptes bancaires. Indispensable à toute entreprise, une gestion efficace de la trésorerie permet de contrôler les entrées et sorties d’argent avec pour principal objectif d’optimiser l’équilibre financier de la structure. Autrefois garante de la présence d’une liquidité suffisante pour chaque échéance financière, la trésorerie doit aujourd’hui être capable d’optimiser la rentabilité des fonds disponibles, de couvrir les risques liés aux taux d’intérêts et de change et d’apporter une certaine sécurité aux paiements. Le trésorier a pour rôle de gérer de la meilleure façon possible des finances d’une entreprise en veillant sur les flux financiers.

Qu’est ce qu’une trésorerie bien “optimisée” ?

Une trésorerie optimisée ne signifie pas avoir une trésorerie d’un montant important sur son compte ou en caisse, mais plutôt se rapprocher d’une trésorerie égale à 0. L’excédent peut être placé sur un compte rémunéré car le but n’est pas de stocker l’argent mais de le rendre disponible et liquide pour couvrir vos charges d’exploitation !

Votre entreprise aura besoin de ressources financières suffisantes pour honorer ses dépenses : salaires des collaborateurs, paiement des fournisseurs, paiement des charges sociales et fiscales, financement des opérations marketing,etc. Il est donc important de suivre régulièrement l’évolution de sa trésorerie afin d’éviter une cessation de paiement, voire la faillite.

Avoir une trésorerie équilibrée signifie anticiper et donc développer une vision stratégique à moyen et long terme. Pour cela, le dirigeant d’entreprise devra avoir en tête les flux financiers réels et prévisionnels de son entreprise, comme le loyer, les impôts, les salaires, ou les factures fournisseurs. Gérer ses flux financiers avec prévoyance fera donc partie des bonnes pratiques à adopter en plus de l’entretien d’un rapport transparent et professionnel avec son banquier et la connaissance de son activité (la conjoncture économique du secteur, l’évolution du contrat avec son fournisseur, etc).

Les bonnes pratiques à adopter pour optimiser la gestion de sa trésorerie

Gérez vos flux de trésorerie en établissant un plan de trésorerie prévisionnel

Afin d’anticiper les flux financiers de votre entreprise et de leur impact sur votre trésorerie (encaissements et décaissements), il vous faudra établir un plan de trésorerie prévisionnel. Il est conseillé de le construire sur une réflexion à moyen terme ( sur une période s’étalant sur 6 mois à 1 an) et de répéter l’opération chaque année.

Un plan de trésorerie prévisionnel est un tableau qui anticipe les entrées et les sorties d’argent mensuelles. Vous pouvez, par exemple, utiliser un tableur Excel à 12 colonnes (1 colonne par mois) comprenant deux parties : une relative aux encaissements pour les lignes du haut du tableau et une relative aux différents décaissements mensuels en bas de tableau.

Lorsque vous réalisez ce tableau prévisionnel, ayez en tête que :

  • le plan de trésorerie montre les charges d’exploitation réellement décaissées et le chiffre d’affaires réellement encaissé, pour chaque mois. Vous devez donc prendre en compte les délais de paiement pour réaliser vos prévisions de trésorerie ;

  • le plan de trésorerie inclut la TVA encaissée et déductible ainsi qu’une ligne relative aux éventuels paiements ou remboursements de TVA ;

  • le plan de trésorerie prend en compte tous les flux, y compris le paiement des impôts et des charges sociales, aux mois où vous devrez réaliser ces décaissements.

 

Anticipez vos demandes d’emprunt et entretenez de bons rapports avec votre banquier

En parallèle du tableau prévisionnel à réaliser, privilégiez une relation transparente avec votre banquier. Il est important de lui communiquer comment se porte l’activité de l’entreprise d’un point de vue financier et lui présenter votre prévisionnel. Si le plan de trésorerie révèle un découvert, le conseiller bancaire déjà averti sera plus indulgent que s’il est mis devant le fait accomplis. Des facilités de caisse pourront être mise en place pour traiter ce découvert et non pas des agios ou des frais de rejets récurrents si vous n’avez pas prévenu votre conseiller.

Anticiper ses flux de trésorerie et développer une relation de confiance avec sa banque n’ont de sens que si le dirigeant d’entreprise optimise son cycle opérationnel en interne.

Diminuez les délais de paiements de vos clients et maximisez celui de vos fournisseurs

Si des clients tardent trop à payer une grande quantité de biens, ne laissez pas les choses traîner. Entrez en contact avec la ou les personnes ou le service de paiement des charges. Rien n’est plus efficace qu’un courrier en recommandé pour contacter le mauvais payeur et faire en sorte qu’il s’acquitte de son paiement dans les plus brefs délais. Pour gérer ces retards à long terme, vous pouvez mettre en place un service de suivi des factures clients et de relance lorsque cela est nécessaire.

Si vous faire payer le plus rapidement possible par vos clients est important, parvenir à négocier des délais avec vos propres fournisseurs pourra aussi vous aider à optimiser votre trésorerie. En effet, si vous devez payer tous ces fournisseurs avant de recevoir l’argent de vos ventes, il est fort possible que votre trésorerie soit mise à mal. L’idéal est de payer vos fournisseurs après avoir reçu l’argent de vos ventes. Si vous êtes partenaires de longue date, et que vous affirmez par exemple que d’autres fournisseurs vous proposent des délais plus avantageux, votre fournisseur acceptera certainement votre proposition.

Anticipez la saisonnalité de votre secteur d’activité et les imprévus conjoncturels

Certains secteurs d’activité voient leur activité baisser puis augmenter en fonction de la saisonnalité. C’est le cas du secteur du tourisme par exemple qui voit ses rentrées d’argent augmente fortement durant les vacances de sport d’hiver ou durant les vacances d’été puis diminuer lorsque l’arrière saison s’installe. A l’image de ce secteur, de nombreuses entreprises sont impactées par cette saisonnalité qui vient gonfler puis dégonfler leur trésorerie cycliquement. Il est nécessaire d’anticiper cette saisonnalité au niveau de votre prévisionnel financier pour tempérer les mouvements de trésorerie.

Outre la saisonnalité, anticiper les imprévus conjoncturels est important pour que l’entreprise dispose d’assez de liquidités pour faire face à une baisse d’activité. Vous pouvez par exemple faire en sorte de geler un certain montant de liquidité pour être serein face à un futur parfois très incertain…

Optimisez vos stocks

La trésorerie et les stocks sont directement liés : un stock trop important va un stock trop important va peser sur la trésorerie de l’entreprise et faire croître son BFR (Besoin en fonds de roulement), tandis que trop peu de stock augmente les risques de rupture et de ne pas pouvoir faire face à la demande client. Il est donc important de réaliser un inventaire de vos stocks régulièrement afin de constater si de l’argent dort dans vos placards…

Pour les optimiser, plusieurs méthodes existent dont :

  • Le réapprovisionnement calendaire, qui consiste à commander la même quantité de biens à dates fixes. Cette méthode est adaptée pour des entreprises déjà implantées dont la rotation de stock est relativement prévisible.

  • La méthode de réapprovisionnement à la commande. Cette méthode définit un seuil minimal critique de stock à ne pas dépasser lorsqu’une nouvelle commande est passée. Cette méthode fonctionne pour les produits périssables, par exemple.

  • La méthode du point de commande fonctionne dans le sens inverse. Au lieu d’un stock maximal à atteindre, la méthode du point de commande de sert d’un seuil minimal critique, qui, quand il est atteint, doit déclencher une commande. Flexible, c’est une option pertinente pour des biens qui ont tendance à être écoulés de manière irrégulière.

Comment gérer un déficit de trésorerie ?

Faites appel à un expert-comptable pour optimiser votre trésorerie

Si, malgré ces bonnes pratiques, vous manquez de trésorerie pour faire face à vos décaissements ou à vos projets de développement, des solutions sont possibles. Si vous n’en avez pas déjà un, vous pouvez faire appel à un expert-comptable, qui pourra vous aider à trouver un équilibre entre vos charges et vos encaissements via par exemple :

  • la préconisation de supprimer des services ou activités coûteuses ou de réduire des frais généraux afin de faire diminuer vos charges d’exploitation ;

  • la proposition d’un plan financier visant à augmenter vos marges et donc vos encaissements (faute de diminuer vos décaissements).

Notre cabinet d’expertise-comptable à Lyon peut vous accompagner dans cet objectif, n’hésitez pas à faire appel à nous !

Négociez un crédit de trésorerie / un prêt bancaire professionnel / la facilité de caisse / l’augmentation du découvert autorisé avec la banque

En parallèle, vous pouvez prendre rendez-vous avec votre conseiller bancaire et négocier un crédit de trésorerie ou un prêt bancaire professionnel. Il s’agit ici d’un financement bancaire classique. Autrement, vous pouvez faire la demande de facilité de caisse et augmenter le découvert autorisé. Dans ce cas, la banque peut vous autoriser l’entreprise à fonctionner avec un compte débiteur (donc à découvert) pendant une certaine durée. Cependant, ce recours a un coût car entraîne le paiement d’agios à la banque et de frais bancaires.

Modifiez votre business model pour résorber le déficit de trésorerie

Une solution un peu plus radicale serait de revoir en partie votre business model car la cause de votre déficit de trésorerie pourrait venir d’un manque d’optimisation organisationnelle. Plus concrètement et à titre d’exemple, on peut imaginer par exemple :

  • faire de ménage dans sa gamme d’offres et privilégier la vente de produits ou de services à forte marge. il peut être intéressant de focaliser l’activité de la société sur un panel plus restreint mais plus lucratif de produits ;

  • augmenter d’une manière générale ses marges si le marché le permet ;

  • changer de fournisseur si celui-ci ne vous permet pas d’espacer vos délais de paiement ;

  • essayer de dégager de nouvelles sources de revenus en multipliant vos canaux de distribution ou en élargissant votre offre à une nouvelle clientèle.

Comment gérer un excédent de trésorerie ?

Avoir un excédent de trésorerie est bon signe : vous parviendrez à rembourser vos charges d’exploitation sans problème et cela témoigne de la bonne santé financière de votre entreprise. Cependant sachez qu’il est possible d’optimiser la trésorerie de votre société car laisser dormir un excédent de liquidité n’est pas intéressant financièrement et stratégiquement. Il est alors intéressant pour vous de placer votre argent. Les banques vous proposeront plusieurs offres avec des objectifs différents : faire fructifier votre excédent ou bien sauvegarder vos liquidités par exemple. Dans les deux cas, vous serez gagnant.