Vous avez décidé de sauter le pas et de devenir freelance à Lille ? Bonne idée ! Il ne faut cependant pas vous précipiter. Prenez le temps d’appréhender les aspects tant juridiques que fiscaux et sociaux. On vous livre tous nos bons conseils !

 

Qu’est-ce que le freelance ?

Le freelance est une personne qui vend ses services à une entreprise ou à un particulier. Il travaille de manière indépendante sans être soumis à un quelconque lien de subordination envers un employeur. Il est son propre patron, gère son budget, ses horaires, ses clients et ses missions.

Être freelance demande une bonne organisation et beaucoup de rigueur ! Sa rémunération dépend des missions qu’il effectue et varie donc chaque mois.

Le plus : le statut de travailleur indépendant est adapté à de nombreux secteurs et vous offre donc de multiples opportunités à saisir.

De nos jours, le statut de freelance a plus que jamais la cote ! Il séduit de plus en plus de personnes et devient une réelle alternative au salariat. La crise sanitaire que nous connaissons actuellement n’a fait que confirmer cet engouement. De nombreux secteurs ont été frappés de plein fouet par l’épidémie de la Covid-19, ce qui n’est pas le cas du secteur du freelance qui connaît lui un rebond de 11% en 2020, comme l’affirme une étude conduite par le BCG et la plateforme Malt.

Le cumul du statut de freelance avec celui de salarié

Le statut de freelance est ouvert à tout le monde ! Comme toute activité, il peut vous exposer à certains risques. C’est pourquoi, de nombreux salariés décident de se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat tout en conservant leur contrat de travail les premiers temps, afin d’assurer leur sécurité financière. Ils mènent donc leurs deux activités en parallèle.

Il faut tout de même être prudent puisque différents éléments pourraient vous empêcher de bénéficier de ce cumul. Vous devez vérifier que votre contrat de travail ne s’y oppose pas, notamment avec une clause d’exclusivité, une clause de non-concurrence ou bien dans le cadre de votre devoir de loyauté.

Prenons un exemple, vous êtes graphiste webdesigner et souhaitez devenir webdesigner freelance ? Vous devez dans ce cas redoubler de vigilance puisque vous restez dans le même secteur et cela peut donc s’avérer difficile par rapport à votre contrat de travail.

Au contraire, un développeur de sites internet désirant travailler en freelance en tant que rédacteur pourra aisément lancer son activité, même s’il n’est pas pour autant dispenser de relire son contrat avec attention.

Le choix du statut juridique

À moins que vous optiez pour le portage salarial, solution intermédiaire entre le salariat et l’entreprise, pour exercer votre activité de freelance à Lille, vous devez créer votre entreprise. Pour cela, il est nécessaire de prendre le temps de comparer chacun des
statuts juridiques et d’analyser leurs avantages et inconvénients, afin de choisir celui le plus adapté à votre activité et à vos objectifs. Plusieurs facteurs doivent être pris en compte comme le statut du dirigeant, la responsabilité des associés, la limite de chiffre d’affaires par rapport à votre chiffre d’affaires prévisionnel, etc. Ce choix n’est pas à prendre à la légère puisqu’il a des conséquences importantes sur la gestion de votre entreprise.

Quatre possibilités s’offrent à vous : l’auto-entreprenariat, l’entreprise individuelle à responsabilité limitée (Eirl), l’entreprise unipersonnelle à
responsabilité limitée (Eurl) et la société à actions simplifiée unipersonnelle (Sasu). En voici un bref exposé !

  • Le statut de micro-entrepreneur

Avant toute chose, il est nécessaire de préciser que la micro-entreprise, également appelée auto entreprise, n’est pas une personne morale. Vous exercez donc en votre nom propre.

C’est le statut plus simple : ses démarches de création sont légères, le niveau de charges sociales relativement bas, sa comptabilité est simplifiée et il bénéficie d’exonérations fiscales importantes. C’est le statut idéal pour débuter et tester une activité.

Cependant, il existe quelques limites. Il y a un plafond de chiffre d’affaires à ne pas dépasser, votre patrimoine personnel et professionnel
ne sont pas séparés, la déduction des frais réellement supportés n’est pas possible, tout comme l’optimisation fiscale et sociale, et la couverture sociale du statut de travailleur non salarié est moins complète que pour un salarié.

  • L’entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL)

Contrairement au statut d’auto-entrepreneur, L’EIRL n’est pas limitée en termes de chiffre d’affaires et seuls les biens affectés à votre activité professionnelle sont saisissables, votre patrimoine personnel sera à l’abri en cas de difficultés. Les formalités de création sont très simples et peu coûteuses, et vous êtes libre d’opter pour le régime fiscal souhaité.

Toutefois, si vous souhaitez faire évoluer votre structure, il est impossible de s’associer avec une autre personne.

  • L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL)

L’EURL vous permet également de limiter votre responsabilité au montant de vos apports au capital de la société et d’opter pour l’IS. Autre avantage et non des moindres : vous pouvez vous associer. Cependant, les formalités comptables et administratives sont lourdes et le gérant est considéré comme un travailleur non salarié et ne bénéficie donc pas d’une protection aussi favorable que celle du salarié.

  • La société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU)

En choisissant le statut SASU, vous bénéficiez d’une grande liberté quant à la mise en place des règles d’organisation et de fonctionnement de la société. Vous êtes assimilé-salarié et bénéficiez donc du régime général de la sécurité sociale, et votre responsabilité est limitée au montant de vos apports. De plus, vous avez le choix entre l’impôt sur les sociétés ou sur le revenu.

Cependant, les cotisations sociales sont assez élevées et les formalités de création sont plutôt complexes.

Comment trouver des clients ?

Votre entreprise est créée ? Il est maintenant temps de vous lancer à la recherche de nouveaux clients afin de décrocher vos premières missions freelance et engranger vos premiers euros de chiffre d’affaires. Une grande part de votre travail consistera à faire de la prospection, étape inévitable pour lancer concrètement votre activité.

Vous pouvez pour cela faire appel à votre réseau personnel ou bien utiliser des plateformes en ligne comme les annuaires de freelances, Malt par exemple, ou des plateformes d’appels d’offres comme Codeurs.

Vous disposez de tous les éléments pour vous lancer et travailler en freelance ! N’hésitez pas à faire appel à notre cabinet d’expertise comptable lillois Numbr qui vous accompagnera à chaque étape de la vie de votre entreprise.