Une fois par an, au moment de la clôture des comptes, le résultat comptable doit être calculé. Après l’application des règles comptables et la classification des flux, nous obtenons un bilan et un compte de résultat. Le résultat comptable sera déterminé à partir du compte de résultat.

 

Le résultat comptable correspond à la différence entre le chiffre d’affaires facturé hors taxe et les charges déductibles hors taxe sur une période donnée. Ce résultat permet de savoir si la société a gagné de l’argent ou non au cours de l’année.

 

Si ce résultat est positif, on parle de bénéfice, si le résultat est négatif, on parle alors de perte. 

Définition du résultat comptable

Le résultat comptable est égal à la somme des factures réalisées sur la période (ventes facturées), à laquelle on soustrait les charges d’exploitation, c’est-à-dire les charges permettant de faire vivre la société (frais bancaires, déplacements, assurance, salaires, loyers, petits équipements,…).

 

On peut également employer le terme de résultat d’exploitation pour parler du résultat comptable.

 

Le résultat d’exploitation permet de savoir si la société a dégagé des bénéfices ou des pertes durant l’année d’activité. Il permet de connaître la rentabilité du projet. 

 

Attention, à ne pas confondre le résultat comptable avec le solde de trésorerie à date. 

En effet, le résultat comptable ne prend pas en compte un certains nombres d’éléments tels que les apports de trésorerie (emprunt, apport en compte courant d’associé et subventions d’investissement) ou le retraitement de certaines dépenses. 

 

Par exemple, pour vos investissements de plus de 500 € HT, c’est un amortissement qui sera calculé pour être ajouté aux charges d’exploitation. 

 

Résultat comptable/résultat d’exploitation = Chiffre d’affaires – Charges d’exploitation – dotations aux amortissements

Quelle est la différence entre résultat comptable et résultat fiscal ?

Le résultat fiscal permet le calcul de l’impôt sur le résultat. 

Il convient de retraiter certaines charges pour obtenir le résultat fiscal à partir du résultat comptable. En effet, certaines charges sont déductibles comptablement mais pas fiscalement, c’est à dire qu’elles doivent être intégrées dans la base de calcul de l’impôt sur les bénéfices.

 

On parle de réintégrations extra-comptables autrement dit elles sont considérées comme des dépenses en comptabilité mais pas aux yeux de l’administration fiscale.  

 

Les charges non déductibles sont les suivantes : 

 

 

De plus, le résultat avant impôt prend en compte des éléments supplémentaires tels que le résultat financier et exceptionnel. 

 

Résultat fiscal/résultat avant impôt = Chiffre d’affaires – Charges d’exploitation + IS/Amende/Amortissement excédentaire/… – résultat financier – résultat exceptionnel

 

Un exemple chiffré est toujours plus parlant:

 

A- Chiffre d’affaires HT 10 000
B- Charges d’exploitation (dont 100 € d’amendes) 4 000
C- Dotations aux amortissements 1 000
D -Résultat comptable (A-B-C) 5 000
E- Résultat financier 0
F- Résultat exceptionnel 0
Résultat fiscal (D- E- F +Amende) 5 100

 

Dans cet exemple, le résultat comptable est de 5 000 € et le résultat fiscal de 5 100 €. Le cycle d’exploitation est rentable car les produits sont supérieurs aux charges. La base de calcul de l’impôt sur les sociétés est de 5 100 € car les amendes sont déductibles comptablement et non pas fiscalement. 

 

Pour rappel: le taux d’imposition est de 15% jusqu’à 38 120 € de résultat fiscal et de 26.5 % (depuis le 1er janvier 2021) pour la part supérieure 

Le résultat comptable : A quoi ça sert ?

Il permet de vérifier la rentabilité de l’activité. Si le résultat est positif, on peut en déduire que le cycle d’exploitation est lucratif. Cela signifie que le chiffre d’affaires, les produits, sont supérieurs aux dépenses, les charges. A l’inverse, si le résultat est négatif, le cycle d’exploitation n’est pas lucratif, les dépenses sont alors supérieures aux produits. 

Cela permet alors d’adapter sa stratégie d’entreprise. 

Les méthodes de calcul du résultat comptable

Le résultat comptable

Le résultat comptable s’obtient grâce à la soustraction entre les produits d’exploitation et les charges d’exploitation. 

Celui-ci sert de base au calcul du résultat fiscal. 

 

Résultat comptable/résultat d’exploitation = Chiffres d’affaires – Charges d’exploitation

Le résultat financier

Le résultat financier correspond à la différence entre les charges financières et les produits financiers. Les charges financières correspondent aux charges d’intérêt lors d’un emprunt, à des pertes de changes,… quant aux produits financiers, ils correspondent aux gains de change, aux revenus de titres de participations, etc. 

 

Résultat financier = Produits financiers – charges financières

Le résultat net 

Le résultat net s’entend comme le résultat net avant impôts sur les bénéfices. Le résultat net permet le calcul de l’imposition. 

 

Résultat net = Résultat comptable – Résultat financier 

Le résultat exceptionnel

 

Le résultat exceptionnel provient de la différence entre les produits et les charges exceptionnelles. On parle de profits exceptionnels, par exemple le recouvrement d’une créance sortie des comptes, la vente de matériels, ou de dépenses exceptionnelles, telles que des pénalités de retard, créances irrécouvrables. 

 

Résultat exceptionnel = produits exceptionnels – charges exceptionnelles 

Calculer le résultat fiscal grâce au résultat comptable

 

Les 4 étapes pour passer du résultat comptable au résultat fiscal:

  1. Prendre le résultat comptable
  2. Déduire de ce résultat, le résultat financier
  3. Déduire le résultat exceptionnel
  4. Ajouter les charges non déductibles fiscalement (=réintégrations extra-comptables)

 

Pour rappel:

  • Résultat comptable = Chiffres d’affaires – Charges d’exploitation
  • Résultat financier = Produits financiers – charges financières
  • Résultat net = Résultat comptable – Résultat financier 
  • Résultat exceptionnel = produits exceptionnels – charges exceptionnelles 
  • Résultat fiscal = Résultat comptable – Résultat financier – résultat exceptionnel + réintégrations fiscales