À Nice et ses environs, le marché économique local est propice à la création d’entreprises. Si vous souhaitez développer un commerce ou une entreprise de prestations de services à Nice, vous devez prendre en compte l’état du marché actuel, notamment dans votre domaine d’activité. Dès lors, certaines étapes doivent être obligatoirement réalisées par l’entrepreneur, afin de s’assurer de la viabilité du projet et procéder aux formalités de création de l’entreprise. Nous vous expliquons en détail les principales étapes d’une création ou d’une reprise d’entreprise…

  1. Faire une étude de marché à Nice et ses environs

Pour rappel, une étude de marché consiste à étudier le marché économique dans lequel vous souhaitez faire prospérer votre entreprise. Pour votre projet d’entreprise à Nice, vous pourrez ainsi avoir de précieuses informations concernant vos potentiels concurrents directs ou indirects, les attentes des consommateurs dans la région, etc.

Une étude de marché comprend 4 axes d’études qui sont :

  • d’identifier et d’analyser le marché dans lequel vous souhaitez développer votre projet de création d’entreprise (ex. : la vente de
    produits locaux, des prestations de services à la personne…) ;

  • d’étudier la demande auprès d’une clientèle cible, c’est-à-dire définir les profils de vos futurs clients et leurs attentes concernant la vente de vos produits ou la réalisation de vos services ;

  • de recenser les produits et les prestations de services pouvant répondre aux mêmes besoins et déjà proposés sur le marché niçois ;

  • de faire une analyse du contexte économique actuel et des prédictions pour l’avenir (ex. : popularité des produits
    respectueux de l’environnement, développement du e-commerce…).

Pour réaliser votre étude de marché, n’hésitez pas à partager des sondages au sein de votre entourage ainsi que sur les réseaux sociaux.

  1. Faire un point sur les aides financières et les modes de financement

Après la réalisation d’une étude de marché, vous pouvez estimer si oui ou non votre projet de création d’entreprise est porteur. Dans le cas d’un projet porteur — avant d’entreprendre les formalités de création d’une entreprise — vous devez estimer les moyens financiers nécessaires pour développer votre start-up ou votre entreprise.

En effet, en création ou reprise d’entreprise, même si le statut juridique choisi n’impose pas la constitution d’un capital minimum, vous aurez des frais de création et de gestion à payer.

Parmi les aides financières proposées par l’État, en tant que créateur d’entreprise vous pouvez demander à bénéficier de l’aide à la création ou à la reprise d’une entreprise (Acre anciennement appelée Accre). Si vous êtes éligible à cette aide, vous pourrez en faire la demande au moment de l’immatriculation de votre entreprise.

Si vous bénéficiez de droits au chômage, vous pouvez également demander auprès de Pôle emploi à obtenir l’aide à la reprise et à la création d’entreprise (ARCE), au lieu de percevoir l’allocation chômage d’aide au retour à l’emploi (ARE).

De plus, plusieurs modes de financement peuvent vous permettre de financer la création d’une entreprise (ex. : achat de fournitures, création d’un site vitrine…) tels que :

  • un prêt bancaire classique ;

  • un prêt d’honneur ;

  • l’entrée dans le capital social d’investisseurs (ex : des business angels…) ;

  • un financement participatif (ex. : crowdfunding) ;

  • etc.

Une fois que vous avez vérifié vos capacités de financement concernant la création d’une société ou d’une entreprise à Nice, vous pouvez passer à l’étape du choix de la forme juridique.

  1. Choisir une forme juridique pour son entreprise

Pour commencer à concrétiser votre projet, à cette étape vous devez choisir un régime juridique pour votre entreprise. Il s’agira de choisir ici un cadre juridique et fiscal qui s’appliquera à votre entreprise. Selon la forme juridique choisie, le montant des charges sociales à payer à l’URSSAF ou bien encore le régime fiscal applicable seront différents.

Pour entreprendre seul, plusieurs formes juridiques sont généralement choisies comme une entreprise individuelle (EURL, EIRL, régime micro-entrepreneur anciennement nommé auto-entrepreneur) ou une société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU).

Si vous souhaitez donner toutes les chances à votre jeune entreprise de se développer en vous associant avec un ou plusieurs autres entrepreneurs, vous pouvez vous orienter vers la création d’une société telle qu’une société à responsabilité limitée (SARL), une société anonyme (SA)…

  1. Réaliser un business plan

La réalisation d’un business plan est vivement conseillée pour tout entrepreneur souhaitant créer son entreprise ou a fortiori reprendre (racheter) une entreprise à Nice.

Le business plan présente plusieurs avantages qui sont :

  • d’avoir un support permettant de regrouper toutes les informations sur votre projet d’entrepreneuriat, avec notamment un prévisionnel de vos dépenses et de vos bénéfices réalisables au cours des mois suivants la création de votre entreprise ;

  • de pouvoir gagner en crédibilité aux yeux de potentiels investisseurs intéressés par votre projet entrepreneurial.

Les principales informations à faire figurer sur votre business plan pour votre entreprise à Nice sont :

  1. le secteur d’activité dans lequel vous souhaitez vous positionner avec ses possibilités d’évolution et les possibles obstacles que vous pourrez rencontrer (ex. : l’implantation d’un concurrent direct dans le secteur de Nice) ;

  2. les profils de vos potentiels clients (âge, sexe, catégorie socio-professionnelle…) et leurs besoins concernant vos produits ou prestations de services ;

  3. la stratégie de développement de votre entreprise (ex. : la publicité envisagée, le démarchage auprès de potentiels clients,
    l’évolution de l’activité envisagée…) ;

  4. la composition de l’équipe (vous seul en tant que chef d’entreprise si vous créez une entreprise individuelle, vos associés si vous
    créez une société…) ;

  5. les financements envisagés ;

  6. le prévisionnel concernant les bénéfices attendus.

Il est conseillé de ne pas négliger cette étape, y compris si vous envisagez de créer une « simple » micro-entreprise (anciennement appelée auto-entreprise).

  1. Accomplir les formalités de création d’une entreprise

Afin de vous assurer du bon accomplissement de votre création d’entreprise, vous pouvez vous faire accompagner par le Centre de formalités des entreprises (CFE) de Nice.

Si vous envisagez de développer une activité commerciale, la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Nice pourra vous renseigner sur les documents à remplir, sur le taux d’exonération de l’ACRE dont vous pouvez bénéficier, etc.

Pour les créateurs ou repreneurs d’entreprise dans le milieu de l’artisanat, ce sera la Chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) qui sera la plus à même de vous accompagner.

De plus, notre cabinet d’expert-comptable se tient à votre disposition pour vous accompagner dans la création de votre entreprise et répondre à vos questions.