Créer une entreprise est une aventure qui est bien souvent exaltante, mais elle n’est pas pour autant sans risque pour son créateur. En effet, la réussite d’un projet entrepreneurial dépend en grande partie de son lancement. Si vous ne réalisez pas certaines étapes comme une étude de marché et une recherche de financements avant de créer votre entreprise, vous prenez le risque de partir sur un projet non viable en l’état. De plus, la forme juridique de l’entreprise ainsi que le régime fiscal à choisir peuvent être un levier pour la croissance de votre entreprise. Si vous faites un choix inadapté, cela peut au contraire précipiter la fin de votre aventure dans l’entrepreneuriat.

Nous vous présentons donc ici les étapes clés pour la création de votre entreprise à Nice.

  1. Définir précisément son projet

Si vous avez l’âme d’un entrepreneur, vous pouvez avoir plusieurs idées pour développer une ou même plusieurs activités. Mais là est le premier danger : s’égarer dans son projet initial au lieu de se concentrer sur un premier projet viable pour ensuite éventuellement le développer.

Par conséquent, la première étape clé est de définir précisément sur papier votre projet entrepreneurial.

Les principales questions que vous pouvez vous poser dans ce cas sont :

  • Dans quel secteur d’activité souhaitez-vous faire évoluer votre business (ex. : le tourisme, la formation, l’aide à domicile, etc.) ?

  • Quels sont les produits ou les prestations de services que vous souhaitez proposer aux Niçois ?

  • Quels sont les moyens que vous allez mettre en œuvre pour accomplir votre projet (ex. : faire une formation pour savoir gérer une entreprise, louer un local commercial, acheter du matériel, etc.) ?

  • Est-ce que vous avez les qualifications requises pour exercer cette activité ?

  • Etc.

L’objectif ici est donc de se poser toutes les questions nécessaires pour avoir un premier aperçu de la faisabilité de votre projet de création d’entreprise sur Nice.

  1. Faire le point sur le financement de son projet entrepreneurial

Certaines idées de business nécessitent un investissement plus ou moins important dès le processus de création de l’entreprise. Tout d’abord, selon la forme juridique choisie, vous devrez pouvoir constituer un capital social minimum (ex. : la création d’une SA nécessite la constitution d’un capital social de 37 000 € minimum).

Même si la majorité des formes juridiques d’entreprise n’imposent pas de capital social minimum (ex. : micro-entreprise, SARL, SAS…), il n’en demeure pas moins que d’autres frais sont à prévoir. Selon le statut juridique choisi, vous pourrez notamment être amené à faire appel aux services d’un expert-comptable par exemple. Pour donner de la visibilité à votre business sur Nice et ses environs, vous serez sans doute également obligé de créer un site internet pour votre entreprise.

Vous devez donc faire le point sur tous les frais inhérents à la création, mais également à la gestion de votre entreprise afin d’estimer le montant que vous devez recueillir pour assurer le lancement de votre projet.

Pour cela, vous pouvez privilégier plusieurs modes de financement tels que :

  • demander un prêt bancaire ou un prêt d’honneur ;

  • vous associer avec d’autres entrepreneurs dans l’objectif de mutualiser les dépenses ;

  • démarcher des business angels qui pourront accepter d’investir dans votre entreprise en contrepartie de parts dans le capital social,

  • opter pour le financement participatif (crowfunding) ;

  • etc.

À noter que dans votre prévisionnel, vous pouvez également incorporer les bénéfices que vous espérez réaliser. Pour estimer le plus justement possible ce prévisionnel, une étude du marché sur Nice est bien souvent indispensable.

  1. Choisir le statut juridique pour son entreprise


Créer son entreprise
nécessite en premier lieu de choisir un statut juridique qui offrira un cadre juridique à votre entreprise. Le statut juridique (faire lien interne avec le texte Comment choisir le bon statut juridique à Nice ?) va notamment imposer un nombre minimum d’associés, le statut social du dirigeant et de ses associés (travailleur non salarié ou assimilé salarié), le taux des cotisations sociales à payer à l’URSSAF, la protection ou l’absence de protection du patrimoine personnel du dirigeant face aux créanciers de l’entreprise…

Par conséquent, ce choix ne doit pas être fait à la légère. Il est d’ailleurs bien souvent conseillé de consulter préalablement un conseiller juridique avant de faire son choix définitif quant à la forme juridique que va revêtir une entreprise.

  1. L’élaboration du business plan


Le business plan
de votre projet de création d’entreprise sera comme votre feuille de route. Il comprendra tous les éléments importants concernant l’étendue de votre projet, mais également les moyens qui seront mis en œuvre pour arriver à faire prospérer dans les meilleurs délais votre entreprise.

Ainsi, que ce soit en création ou reprise d’entreprise, votre business plan devra notamment contenir :

  1. un résumé de votre projet (executive summary) ;

  2. la présentation des membres prenant part à ce projet, c’est-à-dire
    votre présentation en tant que futur chef d’entreprise et celles de
    vos associés si vous souhaitez créer une société ;

  3. une présentation plus détaillée de votre projet entrepreneurial ;

  4. les financements envisagés ;

  5. le régime juridique choisi.

Si vous souhaitez convaincre de potentiels investisseurs de prendre part à votre projet, n’oubliez pas que le business plan sera le support privilégié sur lequel s’appuieront les investisseurs pour prendre leurs décisions.

  1. Réaliser les formalités de création d’entreprise

Une fois que vous avez pu tester la viabilité de votre projet et que vous avez pris votre décision concernant le statut juridique pour votre entreprise, vous pouvez entamer les démarches de création de votre entreprise.

Créer son entreprise nécessite des formalités plus ou moins lourdes selon le statut juridique choisi. Par exemple, en micro-entreprise vous pouvez créer votre entreprise de chez vous en quelques minutes directement en ligne sur guichet-entreprises.fr. Pour la création d’une SA par exemple, les formalités sont plus complexes. Vous devrez ouvrir un compte bancaire au nom de votre entreprise et y déposer le capital social, rédiger des statuts conformes à la loi, etc.

Pour éviter toute erreur pouvant coûter cher à votre entreprise et à vous-même, vous pouvez vous faire accompagner à Nice par le Centre de formalités des entreprises (CFE), la Chambre de commerces et d’industrie (CCI) si vous êtes commerçant, ou bien encore la Chambre de métiers et de l’Artisanat (CMA) si vous êtes artisan.

  1. Soigner sa publicité

Une fois votre entreprise créée, ne négligez pas la visibilité de votre activité. En effet — à Nice comme dans toutes les grandes villes — les entreprises ne manquent pas. Par conséquent, ne laissez pas passer l’occasion de faire connaître votre offre de produits ou de prestations de services dès les premiers jours de création de votre entreprise.

Pour cela, la création d’un site internet semble aujourd’hui être un élément central dans votre campagne publicitaire.

Pour finir, gardez à l’esprit que cette présentation d’étapes clés n’est bien évidemment pas exhaustive. Selon le secteur d’activité dans lequel vous souhaitez évoluer à Nice, d’autres enjeux peuvent se rajouter au processus de création. N’hésitez pas à vous faire accompagner à chaque étape afin de donner toutes les chances de réussite à votre entreprise à Nice.